Un propos singulier

 

 

A l'heure où l'on commence sérieusement à s'inquiéter du devenir de notre planète, il nous semble bien temps de focaliser l'attention sur ce propos singulier de J.C. Lacarrière, qui nous fait entrer en résonance avec le cadre dans lequel nous vivons. Soutenue par une écriture puissante et originale, cette œuvre de fiction est aussi l'œuvre d'un observateur patient et rigoureux de la nature et de ses habitants.

 

 

« Le pays sous l'écorce » est un roman qui nous invite aujourd'hui à entrer en contact avec du vivant non humain et à en écouter les palpitations infimes. En tant que tel, il est une invitation à élargir et approfondir notre regard sur ce qui nous entoure, à découvrir ou redécouvrir un rapport différent à l'animal, à l'insecte, ...et donc à l'autre.

 

 

 

 

Questionner notre regard sur nous même

 

 

Se mettre à niveau, oser la communication, l'échange, l'écoute, le partage avec le vivant, vibrer, s'émouvoir, c'est élargir notre perception du monde mais surtout questionner le regard que nous pouvons porter sur nous-mêmes, sur ce qui fait notre humanité, arrogante parfois, mais surtout fragile et complexe. « La seule façon de rejoindre la nature profonde de l'homme, c'est le non-humain », peut-on lire en exergue de ce roman, comme un jalon à suivre pour se lancer sur le chemin de la lecture

 

 

 

Cette pérégrination qui est à la littérature ce que la macro-photo est à la photo nous conduira à cheminer sous l'écorce du platane, mais aussi plus largement à l'air libre et dans l'eau, à la rencontre d'animaux et d'insectes qui accompagnent discrètement notre quotidien d'humain. Un voyage peu banal « dans les banlieues de l'être »

 

 

Entre rêve et réalité

 

 

Très vite est venue l'idée que ce texte, destiné au départ à la lecture individuelle et silencieuse, pouvait gagner à être dit, prononcé, proféré, entendu, tant les mots chantent, résonnent, rebondissent les uns sur les autres et nous transportent dans un « ailleurs » où se mêlent rêve et réalité. Donner corps, faire exister vocalement et musicalement cette incursion dans le monde animal est le défi que nous avons voulu relever

 

 

Une symphonie des mots et des sons

 

 

Ainsi,cette symphonie des mots et de la musique des mots sera accompagnée, prolongée, soutenue, suggérée,portée par des voix et des sons qui nous permettront d'approcher ces univers inconnus, à la fois proches et lointains : ceux des insectes et petits animaux divers que nous côtoyons régulièrement sans prendre vraiment le temps de les regarder et de les considérer.

 

 

 

La composition musicale originale qui accompagne cette incursion dans le monde des sensations animales et du ressenti est de Stéphane Xérès

 

 

Le spectacle est réalisé par :

 

 

Anne Luneau (bugle, corps sonores,voix),

 

 

Stéphane Xéres ( guitare électrique,ms20Korg,voix),

 

 

Philippe Marchand (narration)

 

(durée : une cinquantaine de minutes.)