« Quartier libre », une promenade  malicieuse dans l’univers de      Jacques Prévert. 60 minutes où émotion, dérision et humour font

                                              bon ménage !

 

 

 La guitare contribue à renforcer l'atmosphère propre à chacun des ces univers de mots. L'ensemble, théâtralisé, s'enchaîne, le temps d'un sourire, d'une émotion ou d'une complicité partagée.

 

Le spectacle est à l'image des écrits du poète : simple, direct, chaleureux. Décor et mise en scène sont minimaux : pas de fioriture, simplement la musique des mots et la musique pour les mots.

 

Un beau moment de poésie qui réactive nos souvenirs d'enfants et réveille notre conscience d'adultes.

 

Un récital proposé par « Les Petits Désordres », avec Michel Caçao (guitare) et Philippe Marchand.

 

 


 

Des réactions:

Je suis rentrée toute légère...alerte...guillerette...

Grâce à  vous, aux mots de Prévert...

Merci encore et bravo !
            
          Catherine P

 

Merci pour ce grand moment de plaisir

 

pendant lequel vous avez tellement fait vivre les mots de Prévert.

 

Je l'avais un peu oublié,

 

Quelle joie de le retrouver.

 

                                                                                                    chantalC

 

 

  • Prévert, "vous connaissez" oui bien-sûr, mais pas de cette façon là... je LE DECOUVRE, ou Mieux, le RE-DECOUVRE, avec passion ; l'interprétation de "Philippe" est "TOP", tout simplement, scotchée, à ma chaise, j'étais transportée, les gestes, la présence, le verbe "habité", alliée à cette partie musicale, UN VRAI PLAISIR, réellement, UN RAVISSEMENT! allez j'en reprendrai bien un petit verre... de cette chanson là !
                                            Brigitte D.
Bonjour
L'avis d'amis amoureux de Prévert qui ont assisté à votre spectacle:
"C'était formidable,
avec son comparse guitariste, Philippe MARCHAND nous a fait rêver, sourire ou avoir de la peine, bref sincèrement  émus.
Il a tout, présence sur scène, mimiques, élocution et charme.
MERCI de nous avoir informés, et à bientôt
Monique"

 

 


Je t'ai trouvé  très "lumineux", et ai beaucoup apprécié de sentir (ou du moins d'en avoir l'impression) ton attachement à ces textes dans le spectacle. Comme si chaque fragment de texte suscitait une envie, un désir de dire qui d'un coup prenait forme en direct !
Je te souhaite une belle continuation dans tes projets de scène,

Camille B

Philippe,

 

Tu nous avais déjà donné à savourer la langue jubilatoire et l'insolence salutaire du Beauceron Couté.
Je savais qu'avec la complicité de Michel Caçao, tu avais aussi mis ton amour des mots au service du Parisien Prévert, mais n'avais pas eu la chance de voir Quartier libre.

C'est désormais chose faite.

Et quel plaisir ce fut.

Ton approche du partage poétique est très particulière.

J'ai du mal à trouver le mot qui pourrait la caractériser.

Pas les mots "partage comme au coin du feu". Pas le mot mime. Pas le mot chorégraphie. Pas le mot théâtre non plus.

Mais si on mettait tous ces mots dans un shaker et que l'on agitait – accompagnés, pourquoi pas, par la guitare de Michel qui nous donnerait le rythme - je crois qu'on obtiendrait un cocktail proche de votre Quartier libre

Quartier libre. Joli nom pour un cocktail. Ça vaut bien Bloody Mary, non ?

Oui, je sais, cette histoire de cocktail n'est que l'aveu de mon impuissance à trouver une formule qui caractérise votre manière.

Mais s'il en fallait absolument un, je choisirais "partage stylisé"

Mais j'aime mieux mon cocktail.

En tout cas le texte nous arrive dans une totale clarté et Prévert est extrêmement bien servi.

"II faudrait essayer d'être heureux, ne serait-ce que pour donner l'exemple " ?

Une soirée pareille y contribue.

Merci à vous deux.

Jean-Marie L.